Contes et légendes de MAYOTTE

Contes et Legendes de Mayotte

Protection contre les Djinns

A Mayotte, pour la population à majorité musulmane, il existe des êtres invisibles : ce sont les djinns. Les contes relatent leurs interventions dans la vie des Mahorais qui n’hésitent pas à les accuser en cas de difficultés dans la vie quotidienne.. Il y a même des cérémonies secrètes qui visent à exorciser ces « esprits »,

Quand une personne (souvent une femme ou une jeune fille) tombe malade de façon inexplicable (par exemple, elle n’arrive plus à avaler la nourriture ou bien elle perd le souvenir de ses trajets), c’est qu’elle est peut-être possédée par les « djinns ».  Les médecins ne lui trouvent aucune maladie ; toutefois son état empire. Alors, il faut pratiquer la « marumba ». C’est un rite d’exorcisme qui se déroule en deux étapes. La première consiste à identifier le « djinn »  (cette identification s’appelle le « patrossi ») car la personne ne sait pas qu’elle est possédée. Alors, sa famille va consulter le « foundi », un sage religieux musulman, et c’est lui qui annonce qu’il y a bien possession. Le « foundi » entre dès lors en contact avec le « djinn » qui lui exprime ses vœux de nourriture et de boisson. Commence alors la seconde étape, le « roumbou » : on commence par réveiller les « djinns » en les applaudissant afin que la personne possédée se sente rassurée. Puis on se  met aux petits soins de l’ « hôte » (le « djinn ») en offrant lors d’une grande fête tout ce qu’il réclame. Des aliments et de la boisson ( de l’alcool principalement), des parfums, le sang de chèvres en sacrifice.

Ces djinns sont vraiment très présent dans la vie de tous les jours. Il n’est pas rare en vous promenant dans les rues, de voir les femmes ballayer le sol de leur cour, ou le devant en terre de leur maison. Quel intérêt me diriez vous? Encore une fois à cause des Djinns! Si l’un d’entre eux venait à s’aventurer autour de l’habitation, on pourait alors voir ses empreintes dans la terre au préalable nettoyer par les bouénis et agir au plus vite pour éviter un malheur..

Blog de lnc : A dos d'hippocampe, Protection contre les Djinns

Tout autour de chez nous, il y a une bonne quinzaine d’arbres haut, toufus aux feuilles pointues. J’ai appris ce week-end que ces arbres étaient des arbres à Djinns. Une sorte de protection afin d’éviter une intrusion dans le cocon familiale. Ils ne sont jamais coupés et très peu élagués. Et pourtant ils poussent à vu d’ oeil! Du vrai chiendent!

—————————————————————————————————————————————————————

Tortue

Un jour, bien longtemps avant la venue des hommes, les poissons se sont réunis pour savoir ce qu’ils feraient en cas de famine….ils ne trouvèrent qu’une solution, celle de s’entre-dévorer.

Mais il manquait quelqu’un à l’appel des animaux marins: Dame tortue, une marginale. Lâchement, ils décidèrent à l’unanimité que ce serait elle qui serait mangé.

Il faut dire qu’en ce temps la les tortues étaient nues et sans carapace…mais pas dénuées de cervelle.

Ayant eu vent de la courageuse décision des poissons la tortue vint les voir et leur dit « parce que j’étais absente me voila coupable et victime ! c’est comme si vous disiez que Dieu n’était pas la « 

Elle prononça un verset du coran et il lui descendit tout droit du ciel une carapace…on dit que jusqu’à ce jour, les poissons n’ont jamais réussit à la manger.

——————————————————————————————————————

Baobab

 

 

 

Le baobab à Mayotte na pas toujours
été vue d’un bon œil par les mahorais
il a pendant longtemps été
considéré comme maléfique selon les
légendes mahorais elle est la maison
des djins (esprit maléfique), lorsque on
pense qu’ un esprit habite dans un
baobab, le baobab était brulé.

 

————————————————————————————————————————————————————-

Mayotte

Les habitants de MAYOTTE, les Maorais, tirent leur nom d’une ancienne appellation de leur île, « Maori ».

MAYOTTE, nom arabe « maouti », évoquant la mort.

En effet, il est probable que de nombreux navires se sont fracassés sur la barrière de corail qui protège l’île

—————————————————————————————————————————————————————

Les 4 frères

Blog de lnc : A dos d'hippocampe, Les 4 frères

Il était 4 frères turbulents, qui n’écoutaient personne et faisait des bêtises.

Un jour, alors que c’était interdit, ils décidèrent d’aller à la pêche, au lieu d’aller à la mosquée pour la prière de fin de ramadan.

Ils partirent donc avec leur barques, et là Le Prophète très en colère, les a changé en cailloux, juste devant Mamoudzou.

Ce sont ces rochers qu’on voit dès que l’on arrive par la barge .

 

—————————————————————————————————————————————————————

Maki

Blog de lnc : A dos d'hippocampe, Maki

À Mayotte, on raconte qu’à une époque il y avait une femme qui avait donné à manger à son enfant. L’enfant a déféqué et la femme a essuyé son enfant avec de la nourriture. Dieu s’est mis en colère et l’a transformée en maki, parce que dans la religion de Mayotte impureté et nourriture ne doivent pas être mises ensemble.

—————————————————————————————————————————————————————

Ilôt de sable blanc

Blog de lnc : A dos d'hippocampe, Ilôt de sable blanc

Il y a longtemps, très longtemps, au temps des premiers sultans, un roi voulait marier sa fille.  » ce roi a décrété que le jour du mariage de sa fille, les invités n’auraient pas à poser le pied à même la terre, afin de ne pas se salir les pieds, et qu’ils n’auraient pas à s’asseoir sur les nattes traditionnelles. En l’honneur de ma fille, a-t-il dit, on étalera du riz partout »  raconte un ancien.

Et ce roi a tenu parole. Avant le mariage, il  a ordonné à tous les villageois de piler du riz,  jusqu’à ce qu’il juge qu’il y en ait assez.   Le riz a été pilé pendant des mois et même des années avant le jour de la noce.   » Partout, sur tous les chemins qui menaient à la noce, à la Pointe Saziley, le cortège a marché, chanté et dansé sur le riz… » nous dit le vieux Ali Madi.

Gaspillage….!!        le riz a en effet été répandu.   Quand le cortège nuptial est arrivé à destination,  Dieu a aussitôt répandu sa colère et a tout anéanti.    Selon la légende, le village a donc disparu et les villageois ont été engloutis.    Le riz s’est transformé en sable et a ainsi formé l’Ilôt de Sable Blanc au large de Saziley. 

Les pécheurs disent qu’il faut jeter un bijou ou un morceau d’étoffe en offrande lorsqu’on navigue par ici, pour épargner la colère de Dieu, et pour s’assurer que le voyage se passera bien.

Aujourd’hui, l’ilôt de sable blanc au sud de Mayotte est un site touristique très apprécié mais personne  n’oublie qu’à la base d’une légende, il y a toujours un fond de vérité.

 

—————————————————————————————————————————————————————

Esprits de la Mangrove

Les mystérieuses Moina Issa
Les Moina Issa sont aussi des esprits mais à la différence des djinns, elles ne
prennent pas possession des humains.
Ce sont des êtres qui vivent  dans les mangroves et les protègent des
hommes.
Ceux qui y croient et qui sont possédés par des djinns peuvent les voir. Elles
ont l’apparence de femmes plus petites que les humaines; elles s’en
distinguent aussi par leurs mains dont l’une est plus petite que l’autre. Elles
se déplacent en bondissant. Elles aiment tout ce qui est blanc et aussi les
offrandes de lait, bananes mures, riz, miel. Elles sont capables d’exaucer les
vœux de ceux qui leur apportent de la nourriture. Il s’agit souvent d’un vœu
pour avoir un enfant.
Les Moina Issa sont très belles, avec de longs cheveux lisses et un visage d’ange mais elles restent inquiétantes et malheur à celui qui ne respecte pas la mangrove !
Cette description fait penser aux fées
blanches ou Dames blanches des mythes occidentaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vicenterresainte2013 |
Kereuve89 |
Bali août 2013 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | buy facebook like
| Sydouaroundtheglobe
| lespyauxus